mer. 28 juin 15h53

De 1817 à nos jours

JPG - 19.5 ko
Vitrail

L’histoire de la bicyclette remonte à la fin de la révolution française, c’est une longue aventure, et il est peu de domaines dans lesquels les inventeurs purent si librement lâcher la bride à leur imagination.

La nécessité d’un véhicule mécanique personnel et efficace est tout d’abord apparue en raison du développement extrêmement limités des transports individuels. En effet, jusqu’à une époque avancée du 19° siècle, un individu désirant se rendre dans un village voisin, n’avait de choix qu’entre deux possibilités : s’il ne pouvait pas s’offrir un cheval -avec ou sans voiture- il devait effectuer le trajet à pieds.


JPG - 13.5 ko
Draisienne

Pour répondre à cette attente, le Baron allemand Karl Von DRAIS présenta une invention en 1817. Il avait compris qu’un véhicule à deux roues pouvait une fois lançé, acquérir un équilibre qu’il conservait sur une certaine distance, jusqu’à ce que son conducteur réactive le mouvement d’une nouvelle impulsion des pieds. En résultait une machine porteuse de promesses inespérées... On chanta merveilles de la machine de voyage dite "DRAISIENNE", et on loua la célérité de cette monture économique qui ne consomme "ni avoine ni foin", écrivaient les journaux de l’époque !..


JPG - 12.2 ko
Vélo Michaux

En 1861 un certain Pierre MICHAUX, ouvrier en voiture, confia à son fils Ernest, pour l’essayer, une draisienne en réparation, en déplorant le manque de repose pieds. Son père, pensa qu’il y avait encore mieux à faire et s’avisa qu’en adaptant des manivelles sur la roue avant, déjà directrice, on pourrait actionner celle-çi. Ainsi naquit un engin à pédales, "le VELOCIPEDE de MICHAUX". Nous lui devons aussi un dispositif de freinage constitué d’un sabot appuyant sur la roue arrière, actionné par un câble relié au dirigeoir (guidon).....


JPG - 19.6 ko
Grand Bi

Le vélocipède moderne était trouvé... Sous une autre forme, il est vrai, assez rudimentaire, mais que l’ingéniosité des hommes allait transformer en permanence. La guerre de 1870 vint interrompre cet essor, et il faudra attendre 1876 pour voir apparaître une autre découverte importante, un engin de 1,40m conçu d’une très grande roue à l’avant et d’une toute petite à l’arrière. C’est ainsi que le "GRAND BICYCLE" fit son apparition et su être la monture de choix malgré le danger toujours présent de la chute....

Pour le confort de plus en plus apprécié des utilisateurs, les inventions se succédèrent pendant les dernière décennies de ce 19° siècle, bricoleurs géniaux et industriels multiplièrent les brevets et se firent une guerre acharnée.

Les résultats des progrés réalisés dans l’industrie du caoutchouc, autorisent à partir de 1888 le montage de bandages par J.B. DUNLOP. Parmi d’autres manufacturiers, en 1861, les frères MICHELIN proposent le premier pneu démontable.


JPG - 6 ko
Cardan de vélo Peugeot

Les transmissions se diversifient aussi. Transmissions par chaine, mais également "acatène" (sans chaîne). Par système "d’engrenage en cascades", par "renvois coniques", par transmissions " rétro-directes", c’est à dire qu’il fallait pédaler en arrière pour faciliter l’escalade des côtes. Transmissions toutes aussi ingénieuses les unes que les autres, mais lourdes et fragiles..


JPG - 10.1 ko
Bicyclette pliante Gérard

Pour se situer socialement, en 1900 le salaire mensuel d’un facteur des Postes est environ de 75e. et le prix d’une bicyclette se situe aux alentours de 46e. En fait, les perfectionnements de la "Petite Reine" ont demandé plusieurs décennies. Les compétitions et les revues spécialisées ont notablement contribué à faire évoluer la bicyclette vers, plus de vitesse, plus de sécurité, et plus de confort......


JPG - 19.9 ko
Affiche Paris-Brest

Le freinage : A la place du redoutable frein à patin qui venait bloquer la roue avant, des freins à mâchoires serrent désormais les jantes.

Les changements de vitesse : La roue libre, inventée par Pierre Carmien dès 1896, s’est enfin substituée au pignon fixe. Si le changement de vitesse proprement dit est encore absent, deux pignons parfois doubles sont installés sur le moyeu arrière. En retournant sa roue, le coureur peut obtenir jusqu’à quatre développements différents. Quant au dérailleur, il ne sera autorisé dans le Tour de France qu’à partir de 1937, et trés vite les "5 vitesses", doubles plateaux et grands braquets permettront aux coureurs d’atteindre des vitesses considérables, d’autant que l’état des routes s’est également amélioré.


JPG - 11.9 ko
Triporteur

Ainsi la bicyclette n’est plus, comme à ses débuts un simple objet réservé aux loisirs de certains, mais un élément important de la vie économique. De l’ouvrier au paysan, du livreur au soldat, pour le travail ou par devoir, du tourisme au sportif amateur ou professionnel de l’enfant à la ménagère, ils sont toujours plus nombreux à utiliser ce moyen de locomotion. Un moyen de locomotion qui vous permettra de vous déplacer trois ou quatre fois plus vite qu’à pied avec trois ou quatre fois moins de fatigue et permettant le transport de colis quatre ou cinq fois plus lourds !......


JPG - 21.7 ko
Dame à vélo

Cette histoire se veut être l’occasion d’une agréable visite au cours de laquelle vous trouverez ces merveilleuses machines. Vous accompagnerez ceux qui ont laissé la part belle à leur imagination, ceux qui, pour le plaisir, par nécessitè ou pour le sport, lui portent un regard d’une certaine tendresse,ceux que l’on surnomme

"LES AMOUREUX DE LA PETITE REINE" !...



Merci à Stéphane pour la création du site

Espace public :
  • Espace membre :
Espace privé :